lundi 3 mars 2008

La petite mort

free music


De peur que leurs méats coul' pas,

femmes et hommes et cynismes,

ont fait des franges et des pas,

le long d'un canal qui signe isthme !



Que sommes-nous à mesurer

des sexes dont on eut pouvoir,

la langueur qui put en entrer,

sans que rien ne sut s'émouvoir.



Des libertés qu'on s'arrachait,

reste le geste à plus vouloir,

et quelque sexe en fit retrait,

en toi, moi je sus me mouvoir.



Souviens-toi des jours innocents,

des arbres morts qu'on regardait,

sans se sentir jamais pensant

que notre mort y résidait.

3 commentaires:

>V a dit…

tu ne pouvais pas choisir meilleure musique pour accompagner ce texte... joli ensemble... joli ? est-ce le mot ? non, acide, âpre, mais beau et intense... sans égal... ça, tu vois, c'est vraiment toi !

B a dit…

The little death... :-)

le capitaine a dit…

Oui Vincent !
Tu perçois parfaitement. Creep, dans sa version électro, rajoute ce qu'il faut de trash à ces petits mots.