samedi 6 juin 2020

Éréthisme



M'étant laissé longtemps polluer
par les regards et les visages
et par les tâches de rousseur
enflammant les regards d'azur
il a fallu qu'un jour enfin
j'éteigne en moi la dictature
iconophile et féminine
assujettissant ma raison

Rêver ma muse ah ça m'amuse
et d'amour l'idée m'énamoure
en caracolant loin des corps
et loin des fleurs de chloroquine
on a bien cru m'avoir perdu
mais c'était sans me décompter
des morts-vivants de série B
s'abrutissant du sens commun

Je me retrouve enfin sans gants
dans l'brouhaha d'un cœur qui bat
tel un vieux fret entre les cordes
un drôl' de ring qui m'a sonné
me répercute un air à gares
un uppercut en pleine foi
qui me rappelle au sentiment
définissant mon éréthisme

mercredi 3 juin 2020

Précession



Petite plante annuelle il est temps de mourir
on fleurit au printemps mais la sève est fugace
et toute l'énergie s'est rangée dans nos graines
à présent parsemées sur les champs de demain

Monte un peu non sans mal au nadir un pauvre astre
et dans sa course folle une année chaque jour
un baiser du soleil a suffit pour t'ouvrir
a suffit pour tourner ta corolle à sa flamme

Un pistil est pastel ignorant la migraine
en partant l'état mien n'était pas un désastre
et pourtant l'étamine est un mot qui m'agace

À la fin me couchant sous l'horizon des mers
un public ébahi m'applaudit des deux mains
je m'achève en pluie tel un nuage essoré

https://soundcloud.com/annaondu/precession

vendredi 29 mai 2020

L'intrication quantique



Tes courbes délicates
et c'est l'hiver autour
ont du sourire en elles
à la façon Mayol

L'intrication quantique
entre nous deux s'affirme
et de ces particules
il reste nos deux noms

Il fait froid dans mon cœur
et ton étoile éclate
à la fois minuscule
et voilée de ses ailes

Or ton brasier sans viol
en ce qu'il me confirme
être un métal précieux
j'en connais le renom

Je retourne à tes yeux
quand leurs baisers m'écœurent
en janvier ces vautours
aux amours élastiques

https://soundcloud.com/annaondu/lintrication-quantique

dimanche 24 mai 2020

Le Chemin des Dames



Il pleut dans ma mémoire un soupçon d'arc-en-ciel
et le jour est bien pâle en reflet de ses teintes

Il peut se dépasser de couleurs au moins sept
et se perdre en tes yeux d'aquarelle ébahie

Lorsque la nuit s'effondre et le jour ne point plus,
nous sombrons lentement dans l'idée qu'il a plu.

La pluie s'abat comme un rideau ferme la scène
et dès lors on suspend ce théâtre essentiel

Oui l'essieu de la roue de la vie nous oblige
à rouvrir au public un champ de mine en mots

https://soundcloud.com/annaondu/le-chemin-des-dames

lundi 11 mai 2020

Le grain



Je plus aux femmes du passé
parfois averse en m'enfuyant
le tuyau se perce en amour
et les sentiments se dispersent

On se bat — Les moulins à vent
comme des moulins avant
de moudre enfin le mauvais grain
que son ivraie m'aurait livré

Je t'appelais souvent ma pluie
plus plausible adieu qu'en baisers
mais ta bouche était un brasier
d'où je ne sortais sans appui

Le poète est un postillon
qui transmet son virus aux gens
celui de la passion du vers
et du vent qui le dissémine

À force enfin de deviner
qui tu étais je t'ai touchée
ton sourire a la fluidité
d'un croissant de lune apaisée

https://soundcloud.com/annaondu/le-grain

mercredi 6 mai 2020

Lépidoptère




Papillon sur la fleur des mots
je la butine en m'ignorant
car en chaque grain de pollen
est mon histoire en morceaux

La Poésie sera toujours
une merde enveloppée d'or
et dont l'odeur éloigne et dont
l'image attire ainsi qu'un leurre

À la mouche on dépêchera
le messager de la merde et
sur ce fumier ma fleur unique
aura le parfum de la Rose

Elle aura sa grâce et son teint
son incorruptible énergie
son poison qui m'est un délice
et mon ultime idée de la Mort

Alors obsédé de survivre
et de l'aimer quelque peu plus
je lui ferai pleuvoir mes phrases

vendredi 24 avril 2020

SarsCoV2



Le virus est ici dans ta bouche où j'expire
on se rend dans la tombe où la peur nous convie
l'hôpital éperdu croule de lits perdus
je bégaie je bégaie ma béquille est en moi

J'ai mes mots dans la pluie qui s'abat sur l'epp'lé
j'ai mes maux dans la plaie qui s'abat sur la plèbe
et le sentiment se récolte au revolver
et les morts en caissons dans nos yeux s'accumulent

On dira du virus un paquet de conn'ries
mais en face de lui le riche est un mendiant
puissions-nous de concert oublier notre banque

On vivra survivra si les Dieux nous l'accordent
un jour un écrivain saisira mon poème
en fera son roman tout s'écrit par-dessus

https://soundcloud.com/annaondu/sarscov2

mercredi 22 avril 2020

La nuit de silence



Dans ma nuit de silence où passe ton fantôme,
où ta beauté se perd et le fil est rompu,
de toi je désespère et n'ai plus un atome
innocent de t'aimer tout autant qu'il ait pu.

Du puits de ton regard où la source est si claire,
au fruit charnu brûlant de ta bouche idéale,
il me faut t'espérer comme on passe en éclair,
et de t'attendre aussi la patience immorale.

Il me faut te l'écrire et rêver ta réponse,
un cri désespéré dans la nuit du silence ;
il me faut recueillir un baiser que tu lances...

À ma belle héroïne, à l'amour qui m'enfonce,
à la femme idéale entourée de murailles,
il me faut grafiter la paroi du sérail.

https://soundcloud.com/annaondu/la-nuit-de-silence

lundi 20 avril 2020

Poésie



Je me rêvais Borges et des fois Pessoa
m’imaginais serpent dans la mue d’un boa
je pensais qu’un faux-nom feraient mes écrits vrais
mais de ce faux espoir on est resté navré

Moi j’adorais Racine et Molière et Boileau
j’étais le végétal en beaux vers à vau-l’eau
je composais pour toi le bouquet le plus beau
je me croyais géant je n’étais qu’un nabot

J’ai beau vouloir m’en faire à force de t’aimer
La peau d’homme est panthère et sa tâche est semée
dans les sillons du verbe où je me perds à l’envi

J’ai beau vouloir m’enfuir rien ne peut résumer
la Poésie ce qui compte le plus dans ma vie
je la lis je l'écris la partage et la vis

https://soundcloud.com/annaondu/poesie

samedi 4 avril 2020

Transgression



J'ai déchiré devant
le public un rideau
de nos passions cachées

J'ai révélé l'intime
au cœur atomisé
de notre union fugace

Un regard a suffi
pour m'enchaîner à toi
comme un bateau coulé

Le Rimmel à tes cils
a bien su larmoyer
pour m'envoyer au fond

De ta mine d'aisselle
et des coins de ton corps
où se fourre un poème

À quoi bon composer
ces décompositions ?
L'Amour a fait des vers...

Et Toi magnifique
avec tes grands yeux verts
avalant mon désir

Et l'ayant digéré
je supplie ton sourire
et tes clignements d'yeux

Mais pour être poète
il faut être tombé
amoureux de tant d'autres

https://soundcloud.com/annaondu/transgression

jeudi 26 mars 2020

Crusoë



Il est minuit au square du temps
ma montre molle est indécente
à remonter l'écran du JE
Je ne sais plus mon score latent

Je suis sur mon île disserte
à te raconter mon récit
je suis un puits pour que mon eau
te rafraîchisse à moindre frais

L'isolement quoi qu'infernal
est cellulaire et biologique
une paroi chronologique
a mis plus d'espace entre nous

La pluie qui tombe à petits pas
Du coup respectant la mesure
Où la taille obscure est sévère
Oui manque en baisers répétés

Tu dis : « Robinson, je t'attends ! »
mais c'est un merveilleux mirage
éloignez-moi de la beauté
je veux mourir en gribouillant

https://soundcloud.com/annaondu/crusoe

dimanche 15 mars 2020

La grippe espagnole




Nous vivons dans la peur de mourir
Il n'y a pas de vraie vie sans mort
Il n'y a pas de répit sans remords
Il n'y a pas de remous sans amour

Il n'y a pas de récit sans secours
et quelque vérité qui s'écrive
est trop souvent gravée sous la peau
comme un parchemin sale et retors

On sait les décès financés
les décisions lues sans détour
et pourtant de ces pas cadencés
ma lecture est souvent sans retour

Il n'y a que des noms trop célèbres
Il n'y a qu'un virus et l'oubli
Donnez-moi la magie de la plèbe
et de boue je ferai patricie

Je ferai de mes poupées de glaise
à l'artiste un souvenir vaudou
le dégradé de marine anglaise
adapté pour un tour en cachette

On sait les cagibis dépeuplés
l'espace est leur déconcentration
tes jolis yeux bleus m'ont ignoré
mon ciel est bleu d'encre à dégueuler

Mon ciel est noir d'ancre à déplorer
dans le tôt décès de mes aînés
mon ciel est comme un catafalque
illuminé par les malades

Et dans la procession des morts
où la peste est la reine en l'arène
il me faut compter les matamores
et conter leur récit dans la peine

Il me faut repenser à mon frère
à celui qui fit les calligrammes
à mon cher Guillaume Apollinaire
il me faut relire Edmond Rostand

Qu'en paix campés dans l'alexandrin
la guerre entre eux ne m'ait concerné
qu'au niveau de la grippe espagnole
on pourrait parler de tous les autres

À commencer par Egon Schiele
et sa pauvre jolie femme enceinte
on en meurt en voulant enfanter
le virus est saint-barthélémyste

Ah ! Kafka finit par en mourir
aussi, la peine est réglementée
dans des dedans démantibulés
dans des dehors à peine apparents

Si la fleur du mal a fructifié
c'est qu'un virus a bien suivi
nous mourons tous en espérant
que nous survive un temps présent.

https://soundcloud.com/annaondu/la-grippe-espagnole

mercredi 4 mars 2020

Seul au restau'



Souvent j'allais au restau' seul
avant l'week-end le vendredi
quand j'étais bombardé sur Brest
en cours aux samedis matins

Je me faisais des chinois'ries
afin d'entortouiller mes nouilles
en plein potage asiatique et
ticket chic et sans détour

On y trouvait ces tristes couples
en train de célébrer ici
l'avant de leur séparation
face à des rouleaux de printemps

J'aime aller seul au restaurant
sans me payer d'une compagne
à satisfaire en condiments
d'un à-paraître en con dimanche

Et j'aime aussi me délecter
de bons plats égoïstement
d'un verre éclusé sans trinquer
sans calcul au plaisir présent

J'aime écouter le bruit des gens
leurs pas potages et leurs agapes
un bruit pareil est un refuge
à qui veut se nourrir de tout

https://soundcloud.com/annaondu/seul-au-restau

samedi 29 février 2020

Roman



Que l'on subisse ou que l'on faute
on vit sa vie comme un roman
la suite est ce que l'on écrit
que l'on compose ou que l'on tourne

Elle est l'écho de nos dérives
et le micro de nos angoisses
accumuler les ans qui passe
est cumuler les casseroles

À tout beau rôle est un mauvais
c'est le casting à dénoncer
c'est le choix qu'on donne à celui
de la victime ou du bourreau

C'est un pianiste à Varsovie
c'est Kinski violée par son père
une œuvre au noir et ses neuf portes
et la family de Manson

Il faut brûler les criminels
et se faire une inquisition
des bonnes paroles ânonnées
brûlons aussi leurs créations !

À tout beau rôle est un mauvais
n'endossons pas ce dernier-là
laissons la justice à ses juges
et la romance à ses poètes

Il advient lorsque l'on vieillit
de moins trier le vrai du faux
que l'on subisse ou que l'on faute
on vit sa vie comme un Roman

https://soundcloud.com/annaondu/roman

jeudi 27 février 2020

Premiers baisers



La vie recommence à chacun
des premiers baisers retrouvés
la vie redémarre au rencart
de tours de magie dans l'amour
et de nos vains doigts galopant
sur les peaux devins de nos sorts
et sur les oripeaux de vingt
doigts emmêlés sous le tissu

Le désir est un assassin
que l'on réclame à si grands cris
que mourir est si peu de chose
en comparaison du plaisir
et des déceptions en cohorte
à cultiver dans son jardin
que quoi qu'on en crève à la fin
c'est la fin voulue du début

Qu'on soit russe ou français — poète
ou qu'on soit belle ou merveilleuse
— on est le produit du hasard
on est le fruit de nos rencontres
et pas celui de nos entrailles
irritées par les faux-fuyants
des sentiments mal assumés
des premiers baisers retrouvés.

mardi 25 février 2020

Les smartiens




Ils ont l'extrémité
du bras la main greffée
sur l'outil autistique
où leur pensée s’abîme
en se vidant du sens
et du bidon royal
addictif constricteur
étouffant leurs méninges
ils sont les proies faciles
esclaves consentants
vissés sur leurs écrans
bruyants et impudiques
éructant dans leur langue
impropre à s'embraser
de banalités crasses
en un mot comme en cent
comme on sent l'incapable
effort à la fermer
des passagers polluent

lundi 24 février 2020

L'élixir



J'espère un soleil d'or
au fond d'un gouffre intime
où sourdrait singulière
essentielle et sublime
un peu de ta nature

Un soleil dont l'éclat
fragmentaire en tous points
mènerait à chercher
la pépite espérée
que tu cachais en Toi

Si la muse inspirante
en laquelle Aragon
puisait l'inextinguible
appétit de poème
était de cet or-là

Qu'envierait Maupassant
je peindrais ton étoile
au pinceau de ma feuille
et pousserais son germe
à planter ses racines

Aux mots s'enrouleraient
les gourmands du désir
où la sève élabore
un secret élixir
et l'or pur se dilue

https://soundcloud.com/annaondu/lelixir

dimanche 23 février 2020

Fontaine




Il faut croiser
Fontaine
et l'appeler Brigitte

Rue de Saint-Louis-en-l'île
chat noir
à caresser

Puis continuer
le long
du port de l'Arsenal

Du Faubourg Saint-Antoine
jusqu'à
La place des Vosges

Il n'faut pas dire
Fontaine
je n'boirai pas ton eau

Mais je fais mes adieux
je crois
à mon Paris

Paris perdu
longtemps
dans les brumes passées

Par la force des choses
issues
d'obligations

Un an durant
rejoint
mais la page est tournée

https://soundcloud.com/annaondu/fontaine

Paris classée



Le beau ciel est de retour
avec un air de printemps
sur Lutèce et ses arènes

À Jussieu le soleil couche
un vernis doré rutilant
les carreaux de la tour brillent

On klaxonne à la Mutu'
la place Maubert est sans bâches
et son bitume est sans tâches

En une nuit diluvienne
on a passé au passé
un savon décalcifiant

Les sentiments entartrés
dans les rues se sont dissouts
Paris l'affaire est classée.

https://soundcloud.com/annaondu/paris-classee

vendredi 21 février 2020

Quartier Latin


Au petit dej'
j'ai grignoté les patiss'ries
des Dames à la licorne

En tout honneur
à défaut de celle de Bayeux
je m'restaure à Paris

Près de Cluny
je couche ici rue du Somm'rard
où je dors assez peu

Je suis au treize
et ma cellule est monastique
à fenêtre sur cour

Quartier Latin
Je suis au cœur des battements
qui sans cesse l'animent

https://soundcloud.com/annaondu/quartier-latin

Paris sous les auvents



Paris sous les auvents
de part en part
des rues serrées de Saint-Michel

La pluie s'invite au bal
de nuit dimanche
esquive en zigzaguant les gouttes

Et malgré tout trempé
l'hôtel est là
sa chambre exiguë me renferme

Un instant je me couche
en moisissant
les perles de pluie qui m'obstruent

Le profil sinistré
De Nôtre-Dame
aperçu d'un échafaudage

Heurte en vain ma rétine
impératrice
en d'autres royaumes des cieux

Le cognac était bon
le comptoir sec
mais pas le boul'vard Saint-Germain

Dans le reflet des phares
et des liqueurs
un parisien se reconnaît

C'est un révélateur
en noir et blanc
sur pellicule existentielle

Et cependant la nuit
nous enveloppe
en son linceul humidifiant

https://soundcloud.com/annaondu/paris-sous-les-auvents

Le réchauffement climatique



Paris venteux dix huit degrés
j'écumais les apéritifs
à chaque averse pour prétexte
à chaq' bout d'texte à pré-écrire

Paris la bruine et puis la pluie
le pastis à l'eau sur le zinc
et les toits ruisselant de Toi
de ton image à quoi je tique

Ondée versée sur la Cité
c'est pour éteindre un incendie
mais Montparnasse est inondé
par un non-dit dans mes pensées

Paris Rimmel en février
coule d'un bleu d'eau minérale
au firmament de mon cafard
et de mon désespoir acide

Il pleut sur la belle aquarelle
où se délave une jeunesse
et le ciel être capital
habille Paris de son jus froid

J'attends que ton absence efface
absolument tous les glaçons
le réchauffement climatique
est dans tes yeux couleur absinthe

Il pleut sur Paris c'est si rare
on lave les délits des lais
qui de Villon jusque aujourd'hui
dévêtissaient la courtisane

Et dans la marche des degrés
sur l'escalier de l'effet d'serre
il serait bon qu'au cœur aussi
le climat chauffe à sa manière

https://soundcloud.com/annaondu/le-rechauffement-climatique

jeudi 20 février 2020

Le Passage



Chemisier blanc pantalon noir
avec sa gouaille parisienne
elle était la serveuse au bar
un juvénile ange et super bien

Ça c'était la serveuse au bar
œil argenté tablier gris
tandis que le ciel en pleurant
laissait le pouvoir à son rire

Elle était la fille au comptoir
avec un loufiat pour complice
un vieux serveur aux cheveux blancs
plein de malice et plein d'esprit

De ce contraste saisissant
mais nimbé de leur harmonie
naissait le sentiment subtil
où s'affichait sa différence

On sait la singularité
dans un regard où l'on échange
un éclatant sourire éclair
un univers en un rictus

Au coin de ce chemin de verres
en zinc enfin s'est envolé
le sourire un instant fugace
ouvrant le sens à l'existence

En m'arrêtant dans ce troquet
moi le clochard assez céleste
un truc en fait m'avait doublé :
dans mon passé, j'avais l'présent !

J'avais l'présent dans sa beauté
dans tout l'éclat que la jeunesse
offre aux êtres particuliers
lumineux comme un soir d'étoiles

https://soundcloud.com/annaondu/le-passage

Gésir à Paris



J'ai laissé gésir à Paris
les temps forts et les amours mortes
et ce vestige a ressurgi
mimant vertige et Tour Saint-Jacques

Odéon joue de mon hasard
et Saint-Lazare recueille enfin
de ce mot fin la part du lion
que garde Lyon mieux qu'Austerlitz

Que j'eusse eu Jussieu pour école
et de leur rue via la Sorbonne
un point de vue sur les deux îles
il devrait moins m'en souvenir

Pourtant j'éveille les fantômes
en arpentant le gris bitume
et dessous ces pavés sans plage
on sent l'écorché du métro

Les nerfs à vif on déambule
on perd son latin quelque part
en restant calme à Saint-Placide
et puis de marbre à Saint-Sulpice

À Vaugirard on longe encore
une échelle archéologique
où le temps grille au Luxembourg
un feu de paille un peu de poutres

Or, de la République on chambre
en descendant vers Saint-Michel
les souvenirs de '68

samedi 8 février 2020

Distilled in Brest



Non, je n'en peux plus de la pluie
qui tatoue la grisaille à l'âme
et qui découpe en filets d'eau
le temps perdu sans amour.

Et je n'en peux plus du Grand Ouest
où l'on prie l'astre évanescent
de ne pas se coucher si tard
en n'accouchant que de sourires.

Il me faudra peindre en violet
les sabords ouverts de tes yeux
retendre une corde vocale
au diapason de tes paroles.

Il me faudra te conter Brest
et ses remparts rempli de bruine
et de ruines d'amour aussi
dont le profil de fer rugit.

Sous les grues du port de commerce
on comptait les points de suture
en soupirant pour ses beautés
tâchées de rousseur aux yeux clairs.

Il me faudra te raconter
comment la rouille en Poésie
marrie Miossec à Segalen
divorce en récitant Corbière.

Il me faudra bien dessiner
sur toi les entrelacs celtiques
où nos promesses s'entremêlent
et nos baisers sanguins circulent.

Et je n'en peux plus de te perdre
à chaque instant qu'on ne crée pas
dans ce Ponant dont la cité
craquelle en l'absence de toits.

Non je n'en peux plus de l'appui
qui me manque en déséquilibre
au bout du Monde et de la vie
que je ne conçois plus sans Toi.

https://soundcloud.com/annaondu/distilled-in-brest