samedi 29 mars 2008

La Guimorais

free music



















































N'est-ce que le sel au coin des yeux
qui restât de La Guimorais ?
Ou de son eau, de son ciel, bleus,
dessous sa dune des chevrêts,
ce qui perlait de nos aveux,
tant qu'à confesse on s'ignorait ?

Lorsque l'hiver eut pris le pas
sur ces étés apoplectiques,
que l'ouragan blessa le bât
sur tes deux cuisses faméliques,
La Guimorais me restait là,
avec son sable pour relique...

L'écho des rires des enfants
dans un écrin de coquillage,
malgré la tempête et le vent,
tout ce qui nous fait changer d'age,
cinglait comme un son d'olifant,
comme un ultime appareillage.

La Guimorais m'est attachée
depuis l'enfance, où cette dame
crût un jour bon m'y emmener,
avant que vous ne m'entrainâmes,
les B, les C, les alphabets,
tout près de chez mon frêre d'âme...

La Guimorais, c'est mon Mektoub,
ma destinée en sable fin,
et puis ce temps dont on s'adoube,
entre morues et églefins,
ces souvenirs que l'on radoube
à coups de règle sur les mains.

La Guimorais, c'est mon présent,
entre Cancale et Saint Malo,
à mi-chemin de ce Rouen,
où, quoi qu'on cale en ses marmots,
le pays de Châteaubriand
est une halte à ces gros maux.

Ce fut l'effluve d'un poison,
et puis les fleuves de ses courbes,
et cette averse à l'horizon,
puisqu'au passé, futur est fourbe;
La Guimorais a ses raisons :
son sable enfouit comme la tourbe !

4 commentaires:

NeoGalaad a dit…

la Guimorais...J'avais 16 ans et nous étions partis un beau matin de février, camper près de ces rochers que nous avons aimés parcourir les lendemains.
Une belle partie de varape, sentant la mer effleurer nos pieds etous nous envahir de sa force.Souvenirs...

Amitiés Amigo,

Galaad

JCMian a dit…

J'aime à te retrouver dans ce registre
Amical Mian

le piéton a dit…

d'accord avec JC... très beau, très fort, j'aime. dsl pour le projet, mais certaines choses sont plus violentes que le désir...

B a dit…

La Guimorais.
Comme d'autres ici et d'autres ailleurs. Comme ces personnes rencontrées. Comme ces situations provoquées, ou subies, vécues en tout cas. Comme ces images, ces sensations tactiles et ces parfums qu'on n'oublie pas car se tatouent dans les méandres de notre cerveau, qui nous joue parfois des tours.
Comme tout ce que l'on rencontre sur notre chemin de vie, tout ce qui fait notre histoire, tout ce qui fait de nous ce que nous sommes.
Finalement, nous ne sommes que des êtres doués de sentiments, sentiments qui se déchirent.
Et nous évoluons avec cette mémoire des expériences vécues comme une précieuse richesse que nous aimons ... maudire.