mercredi 9 avril 2008

L'an dernier à Landerneau

free music


Parlera-t-on de l'an dernier à Landerneau,
quand son pont habité coulera sous des eaux,
que l'encorbellement de mes landernéennes
ira, mêlant deniers et lanterne à Verlaine ?

La cascade miroite auprès des vieilles maisons,
et s'enfourche l'Elorn, aux arches du vieux pont,
s'il m'en reste moins moîte impression qu'en amour,
c'est que l'eau que l'on lorgne, est d'un flux sans retour.

A deux pas, la maison de la sénéchaussée,
fière, exhibe ses saints, dont je me souviens Georges,
qui, même sans niche, ont, dans le temps des marées,
pris, au "Réveil-matin", leurs cafés dans la gorge.

Parlera-t-on de l'an dernier à Landerneau,
comme de celui qui me conduit au caveau,
ou comme d'un passant des rues landernéennes,
laissant filer mes nuits pour l'aube de Verlaine ?

3 commentaires:

B a dit…

Il y a quelques jours, j'ai vu Landerne et l'Elorn, les quais, le giratoire et la rue de Brest.
Mais point de "Réveil-matin" ni de crue noyant le pont habité...
:-)

Ar Men a dit…

Comment ne pas aimer ce poème?
En plus cette musique.........ah! que j'aime!

zebulon a dit…

le réveil-matin:
rock'n'bistrot
rue du chanoine kerbrat