vendredi 5 juillet 2013

Le sourcil (texte de 2005)

L'étrangère by Sanseverino on Grooveshark



Posé comme un accent,
             Sur une olive malachite,
                                          Inflexion,
                                   Circonflexion,
Génuflexion devant,
                    L'azur de la pépite...
                                            Porion,
                                     Soumission,
L'inclination descend,
      Dans une noirceur anthracite...
                                    Votre sourcil,
Damoiselles est vraiment,
                       La source de mon Nil,
                        Le sorcier de mon île,
                          Le sort s'y est, futile,
Glissé en souricier béant
              Nulle larme ne l'affecte,
                                          Trop haut,
                                                   Trop fier,
Trop arrogant,
             And if nobody's perfect,
                                          Fourneau,
                                              Chaud d'hier,
L'oeil embrasant,
        A son couvercle sur la tête,
       Comme la phrase l'épithète,
           Le fin sourcil qui s'entête,
A l'infléchir incessamment.
Il donne à vos regards,
                      Hasard...
Il rend à vos pulsions,
                   Passions...
Et dans la moindre de vos expressions,
Aspire l'encre de votre œil hagard.
Je veux passer le bout de mon index,
                                                                      Léger,
Sur le sommeil de ma future et des mes ex,
                                                                     Aimées,
Pour m'emplir comme d'un Braille ou d'un Codex,
                                                                     Cracké,
De la matrice de vos sourires complexes,
                                                                    Elucidée.
Et continuer à jouir,
                        Le temps passant,
                        Le temps présent,
De la beauté de vos saphirs,
                          De vos diamants,
          De vos porphyres éclatants,
                                                     Dans le si bel écrin
                                                 De cette ligne de crin.

Aucun commentaire: