mercredi 15 août 2007

L'improbable chant du cormoran

Si c'est par un rêve qu'on entre en cauchemar,
Et d'un autre rêve que l'on en sort, dit-on,
Ou que nos vies soient si sensibles aux hasards,
Qu'importe alors de l'oeuvre que nous éditons ?
Le son des infinies variations, oui, peut-être...
Et nos témoignages, au jugement dernier
Des combats que nous menons aux fins de renaître,
S'accumulent en jours, comme dans un panier...
Mais s'apposent aux cris des baisers de velour,
Aux larmes de l'écrit, le sel d'embruns corbeaux,
Et d'embruns de folie pour l'océan d'amour
Qu'en plume noire ébène, abordent nos bateaux.
C'est cherchant à percer des banquises sans tain
Où les lueurs passées inversent leur image,
Que nous nous effrayons à coups durs d'un chemin,
Dont nous aurions voulu amortir le passage.
Alors, s'il faut tant et tant corps pour ressentir,
Que nos cravattes serties d'or nous font pourrir,
Comme quelques pendus que l'on greffe à la place
Des amants éperdus qu'eux seuls mêmes remplacent,
Fasse que ce dernier souffle soit opportun,
Et que ce vent se lève pareil aux matins,
Qu'il gonfle nos veines de voiles impudiques
Vers ces pieux rivages que nous savons uniques...
Si, de tous nos champs intérieurs qu'on laisse en friche,
Ne reste que germe etouffé que ronces griffent,
Nous laisserons sans peine, aux charrues du destin,
Le tracé du sillon qui se lit dans nos mains.

Mais quand l'autel dépasse
--------------------------------------Le poids des sacrifices,
Que nos poignets se massent
----------------------------------------Le long des cicatrices,
Vaines sont les bonaces
-----------------------------------Et tous les artifices
Que nos cales entassent
----------------------------------En frôlant les récifs.
Et Toi dont un seul mot
----------------------------------Dépourvu de mesure,
Ressemble à ce sanglot
-----------------------------Dont on voudrait qu'il dure,
Rassemble le troupeau
----------------------------------Des sentiments impurs,
A l'opposé des maux
-------------------------------Qui de nous sont fracture.
Célèbre les bûchers
----------------------------De mon inquisition,
Et les autodafés
-----------------------Surgis de mes questions,
Puisque tout doit brûler
----------------------------------Pour la résurrection,
Laisse-moi t'embrasser
---------------------------------De flammes de passion.

Et des cent mille feux que j'embrasais autour,
Qu'un ver veut ravageur comme on voudrait du sang,
D'onze mille verges d'Apollinaire en tours,
Oh ! Ce soir, je dresserai un camps décent.
J'absorberai des laves rouges d'effusions,
Des larves, des larmes et nos métamorphoses,
Des continents trop pleins et leurs transformations,
Et sur ma mer, les noms quel'on met au « Formose ».
Ces noms d'oiseaux qu'Homère a puisé dans le vent,
Faisant d'un corps mourant et de son galbe atroce,
Le fruit, la matière aux grands cris d'égo, et lents,
S'effriteront les schismes qui nous cherchent crosses :
Je broierai le manichéisme d'une main,
Je boierai sa sève comme on me vampirise,
M'abreuverai des pluies qui tomberont demain,
Eteindre l'incendie qui fut sous mon emprise.
Je suis l'oiseau du feu, de la terre et de l'air,
L'oiseau de l'eau, et, tour à tour, aux éléments,
Comme aux stuppeurs, un fanatique épistolaire
Pour prouver qu'en tout ça, comme en tout, elle ment !
La mante religieuse dévore son mâle !
Ne le saviez-vous point, ô pauvres ignorants ?
L'amante religieusement, aux fleurs du mal,
Savoure l'halali de, là, la lie qu'on rend...
Sur les septentrions règne un soleil nocturne,
Et sur les sept péchés se jouent des capitaux
Décapités, grimpant en lacets de cothurnes,
Sur la jambe d'argile, à chaque chapiteau
Des châteaux de cartes que nous nous construisons,
Et qu'un souffle de vent pourrait annéantir,
Quoiqu'on souffre devant nos portes de prison,
Quoiqu'on s'ouvre un instant, c'est toujours pour partir !
Mais le premier départ, il est hors de nous même,
Lorsque l'écorce tombe ou s'enlève la peau,
Une mort, ça se signe à son assassin blême,
de la lente extrusion des successions de mots.
Si l'on connait le Cygne et sa fin triomphante,
Dont le chant n'envie rien à ce Kookabura,
Qui dans son cri, d'une mélodie lancinante,
S'achève empalé d'une épine d'accacia,
D'autres volatiles, noirs, au vol sans orgueil,
Mais dont la longue apnée au profond des flots clairs,
Laisse au piètre nageur le souci des ecueils,
D'autres faux muets qui sont aussi les rois des airs,
D'autres oiseaux ont leurs notes adamantines,
D'autres Phoenix, un seul, comme un corps qu'on me rend,
Vous offre en ces vains mots, l'enveloppe intestine
Qui contint l'improbable chant du cormoran.



Compte à rebours : Il ne reste plus de texte à écrire. Voici qui clot le chapitre "Les champs intérieurs" et par la même, le troisième et dernier volet des "chants d'Ouest dominants", à savoir "Un peu plus à l'Ouest, capitaine..."
Tout est écrit. Tout est "kismet" !

1 commentaire:

Ove Madn a dit…

Si je puis me permettre le premier commentaire (ou peut-être sont ils supprimmés ?): ouaa... 8D (et puis je viens d'apprendre un mot aborigène, c'est rare)!
Comptes-tu publier ces textes? En lectrice profane,j'applaudis!
Mektoub :)