jeudi 1 décembre 2022

Magnétite



La vie littéraire est une respiration

quant à savoir en quoi tout est question de goût

s'écrire est expiration lire inspiration


Ce monde hypocrite est l'objet de mon dégoût

le décrire est un art et les mots ses passions

dont la phrase défile un peu comme un égout


Les jeux où l'on se pique ont lieu tous les quatre ans

quelque fois l'on est seul et cela peut durer

le cœur bas cependant remontant son cadran

fait de la solitude un son de Liberté


J'ai cru perdre le Nord une énorme bévue

mais je t'ai poursuivie boussole initiatique

et nos points de vue sont une perte de vue

sans le moindre aimant l'attirance est magnétique

vendredi 25 novembre 2022

Déconfit



L'attirance est l'aimant qui définit nos pôles

équateur au milieu tout le reste est un leurre

il me faudrait ta joue posée sur mon épaule


Le désir est un flocon fondant sous deux chaleurs

afin de conquérir un semblant d'hyper-ball

imitant les grands trains dont l'aiguille est à l'heure


On pense à nos passés c'est quoi donc un poème ?

un brin de mots qui touche au cœur une étrangère

il y a tout en toi des serments que l'on aime

et de la vigne aussi les sarments que l'on gère


On coupe en vérité des idées ce qu'on doit

de nos grands testaments les mensonges qu'on fit

d'un futur espéré je ne suis qu'à deux doigts

tombe la pluie sur mes idéaux déconfits

dimanche 13 novembre 2022

Entre deux



Je n'ai plus le physique à jauger de l'amour

et néanmoins je vis dans un espace abstrus

juste entre-deux comme en un sillon de labour


Roulant dans des rouleaux colorés de menstrues

nous rendons intime un roulement de tambour

alertant notre instinct du poison d'un intrus


Tout aspect juste en soi n'est aux yeux qu'un tyran

néanmoins nous faisons tout pour y parvenir

et l’appât rance en est beaucoup moins attirant

chaque mot qu'on prononce est un rêve à venir


Entre nous chaque mot chaque idée nous inspire

une idée de portrait qui me saoule et m'enivre

en transpirant de l'encre afin de te décrire

être est une interrogation qui nous fait vivre

vendredi 28 octobre 2022

L'âme s'trame






Pour vanter ta beauté j'en fais des kilogrammes

avec une âme en T de l'ABC des mots

de mon poème épique épique et colégram


On se ressemble au point de se trouver jumeaux

nous serions les acteurs issus d'un curieux drame

où tout se soude en fait avec un chalumeau


Nous serions donc un artefact intéressant

pourtant nous le savons l'amour est orphelin

quand on passe un savon sur un passé récent

c'est ma foi trop souvent pour s'en laver les mains


Je sais que l'immondice habite au quatorzième

et qu'un arrondi s'ment sur le gras de tes fesses

apprends-moi le refrain le premier le deuxième

afin que ton cul sonne et que je le professe

lundi 24 octobre 2022

Nuages



Nos passions sont dans l'air et forment des nuages

en soufflant sur la vitre on dessine assez bien

le bon cœur où palpite un doux ferment d'orage


En gestation tempête et nos serments ne sont rien

que du vent dévoilant mes violents vers de rage

un poème est sans queue ni texte erre aérien


J'ai déposé ma bouche un instant sur la tienne

et tes lèvres de braise ont scellé mes paroles

ont renié ma promesse et quoique je maintienne

il fallait donc se taire et rester en son rôle


Écrire est un projet dont l'ampleur est inouïe

l'amour est impalpable et le désir oublie

n'en reste qu'un constat d'illusions évanouies

que vient tenter en somme un fantôme anobli

samedi 22 octobre 2022

Condensation

 


La Poésie c'est un condensé d'émotions

qui se distille en douce un peu comme un parfum

chaque fois que j'écris je cherche une invention


Je cherche un sel heureux mais je ne suis pas fin

je ne suis pas Rimbaud trop con de sensation

trop beau de son Génie dont je n'ai pas la faim


L'amour est un instant fugace où tout s'oublie

ton regard est profond d'outremer invasive

et du jaune et du bleu qui là se relient

je dirai de l'Ukraine une union défensive


On tuera du raciste et de l'antisémite

on réduira Poutine à sa poupée de cire

en lui plantant l'aiguille on détruira le mythe

on débarrassera l'ici d'un triste sire

vendredi 14 octobre 2022

Courir



Je ne fais plus confiance à la moindre mesure

à la moindre musique à la moindre sirène

entendue dans l'éveil et pourtant rien n'est sûr


Alarmant crayon gris qui court à perdre haleine

en blanc de page allant vers sa pauvre masure

L'amour est un fardeau dont se charge la haine


Être enfin soi-même est le statut du bonheur

rêver peut-être en gardant les yeux bien ouverts

en face du réel l'illusionne à l'honneur

et si les tiens sont bleus les deux miens sont tout verts


Une vie se résume à la course engagée

qui se mène à l'arrache en tournants qu'on dévie

contre ce que démontre un temps peu dégagé

finir en vie c'est souvent finir sans envies

mercredi 12 octobre 2022

Fantasme indien



Du Capitalisme il ne restera que cendres

une guerre est en jeu de l'Ukraine à l'Iran

mais quand le climat flambe on voudrait redescendre


Ici Paris qui cherche à bien tenir un rang

nous avons acquis la tendance à condescendre

en repoussant sur le fumier de nos parents


Mais j'ai pourtant visé le dernier corollaire

en oubliant d'être jeune on se déguise en vieux

je ne suis pas un monstre et pourtant j'en ai l'air

il ne faut pas promettre à défaut d'être envieux


Le trouble d'une nuit d'été s'étend parfois

jusqu'à l'automne au soir interminable et beau

de ce fantasme indien profession de foi

mes vers boiteux n'en ont gardé que les pieds bots

mardi 11 octobre 2022

Rêve américain



J'ai vu des nuits sans Lune et des jours sans Soleil

et les palpitations de mon cœur indécis

ne savaient plus du tout quel était l'appareil


Où s'était donc posée la fusée sans soucis

qui raconte un récit sans nul autre pareil

à propos de nous deux de mon rêve imprécis


Nous n'inventons que ce que nous ne vivons pas

préoccupés de l'autre en son intégrité

ce qui ne se dit pas mais s'écrit pas à pas

nous forgeons à la fois nos fers et libertés


Chaque amour oublié ruine un peu plus nos vies

chaque mot que l'on dit peut être interprété

chaque impression s'encre à la façon d'un lavis

le Nouveau Monde est à construire en vérité

samedi 8 octobre 2022

Trop-pleins



L'étendue d'un silence est comme une parole

essoufflée par le vent lancée dans l'infini

dans le vide intersidéral en fumerolle


Et l'on se retrouve à cet instant démuni

pris en otage au sein de brasiers en corolles

ouvrant leurs bras nombreux à d'ignobles dénis


Je veux changer le monde à coup de mots nouveaux

aimer c'est se sortir avec difficultés

d'un gouffre inexorable en courbes de niveau

d'un marasme où la vie s'est un jour empêtrée


Mais la Langue est superbe et le Verbe est sacré

la route apparaît longue et nue quand on se plaint

l'autre est l'être perdu sur un chemin secret

nous apprenons du vide un peu de nos trop-pleins

mercredi 5 octobre 2022

Goutte de sens



L'amour est un mensonge auquel on croit sans peine

on s'imagine en songe un bonheur un peu rance

un peu de l'écriture à laquelle on s'entraîne


On peut tourner la page et pourtant nos carences

auront tôt fait déjà de piller nos étrennes

un rêve est toujours un fruit de l'espérance


Or aujourd'hui ce sont des semaines de plomb

mes semelles devant tant de pas assoupis

sont tordues de douleur et vraiment sans aplomb

la fusion de l'atome attend de mal en pis


Je m'écrie je hurle à la façon de Cassandre

et ma sève est meurtrie car en panne d'essence

il me faut essayer l'encre issue de mes cendres

où seconde hémophile est ma goutte de sens 

mardi 4 octobre 2022

Marseillaise



Chaque endroit de mon cœur est frappé par les bombes

en Ukraine on défend la Liberté chérie

mon cauchemar est plein de ces grands champs de tombes


Et ses battements sourds oublient cette égérie

s'accrochant à mon bras sans que rien ne m'incombe

autrement qu'un désir que l'amour renchérit


La Méditerranée baigne un morceau de France

en tant que poète on a l'arme de ses mots

pour entonner le chant de l'Ukraine en souffrance

et Marseille accueillant réfugiés des jumeaux


Toute émotion n'est qu'une goutte de rosée

nous la faisons durer sur le dos comme un dièse

alors qu'une nation d'un missile arrosée

cherche un fétu de sens à notre Marseillaise

samedi 1 octobre 2022

Charmante



Nous n'aimons vraiment que ce que nous ignorons

que ce qui nous fascine et nous pousse à s'offrir

à ce grand tourbillon qui pourtant tourne en rond


La différence est faible à lutter ou souffrir

un baiser volatile où nous accepterons

de céder l'un à l'autre un moyen de s'ouvrir


Je me souviens parfois de ton bras sous le mien

de la pluie qui mouillait nos vieux habits de fête

et de ton air de tout ton petit air de rien

ta frimousse adorable et ta mine défaite


Un regard est souvent la caution d'un oubli

mais dans nos relations tempérées quoi qu'on mente

il reste en vérité le message qu'on plie

dans la poche en disant : je te trouve charmante 

vendredi 30 septembre 2022

Corrompu



Rien ne nous sortira jamais de nos angoisses

où nous baignons sans cesse ignorant que je suis

le charmant prince issu des crapauds qui coassent


Et sous la pluie lui plût la plaie que j'essuie

me proclamant d'emblée le régent de la poisse

affirme un tel échec en m'ayant déçu oui


L'amour est le début d'un roman sans la fin

c'est Tchernobyl ourlée du plomb d'un sarcophage

en sa bouche apposée son baiser sent la faim

d'un geste inassouvi fantasme anthropophage


Il ne reste alors plus des actes qu'on promit

que l'ombre déportée des membres qu'on remue

que la trace imprimée des pactes qu'on rompit

chaque désir est une passion corrompue

jeudi 29 septembre 2022

L'année du chat



Le centre du Monde est inscrit dans ton nombril

et dans ta pupille où c'est l'année du chat

ce si petit cercle adorable où ton nom brille


On fera sans sermons sans ces prêchi-prêcha

sans ces absurdités qui nous rendent fébriles

on n'est jamais que le poison qu'on s'empêcha


Tous les mots que j'écris font des alexandrins

se rangeant bien en ordre et malgré leur chaos

tous ces petits wagons sont de pensées mon train

comme un combat de boxe où les deux sont K-O


Le temps n'est que la déformation de l'espace

et dans l'espace un corps est fait de sa matière

irréversiblement par ce qui le dépasse

il commence à pourrir avec une âme entière

vendredi 23 septembre 2022

Le piano de la pluie



Le piano de la pluie dicte une partition

sur mon carnet de cuir où s'écrit ce poème

affamé mais nourri de cette inanition


Chaque instant que je me remémore est bohème

intimement marqué comme une ombre intuition

chaque endroit sur un corps est l'oubli d'un « je t'aime »


Et l'automne en ronflant ses tristes poésies

rappelle à qui le veut les biens que nous gageons

moi j'aime en ta beauté qui m'accompagne ici

le continent perdu que nous nous partageons


L'amour est une histoire idiote à deux idiots

nous refaisons le Monde en étant son nombril

en écoutant le grand Schubert à la radio

nous nous sommes enfuis d'un paradis fébrile

mardi 20 septembre 2022

Septembre



L'imagination c'est l'océan des délires

où nous sombrons volontiers de façon spéciale

au vacarme assourdissant produit de nos lyres


Et s'aimer tant c'est notre interrogation cruciale

on s'y plonge en versifiant ce qu'on donne à lire

à la muse inspirant ces émotions spatiales


En ces derniers soleils en l'été déclinant 

je me noie dans ta flaque où pourtant je m'abreuve

au reflet de l'image où sur l'eau m'inclinant

je ne m'aperçois plus je t'en donne la preuve


Il y a de grands écarts entre chaque heure entre autre

une nuit n'est qu'espace où nos rêves fleurissent

on peut être vivant d'un instant mort à l'autre

et pourtant nos sentiments jamais ne périssent

mercredi 14 septembre 2022

Coquillage



J'ai laissé dans mon Verbe un embrun de passion

quand j'écris un poème un peu de soufre est bon

j'aime la pluie qui vient comme une punition


J'ai gardé de cette eau le souci du rebond

l'art de la résistance est dans son intention

sa musicalité dans tout ce qu'on répond


La vie ne se construit que sur une hypothèse

et chaque avenir est un pantin qu'on remue

mais à chaque mue nous apportant ses prothèses

il n'y a plus de vraie vie, tout est confondu


Le désir est un leurre et l'attirance un mal

on s'y perd aux milieu des années qu'enquille âge

où toute innocuité n'est qu'un truc anormal

une envie n'est que perle au creux au creux d'un coquillage 

mercredi 7 septembre 2022

Virage



L'Amour est un fantôme en nos déséquilibres

il se promène en cape et le boulet au pied

lui rappe la cheville et les maillons qui vibrent


En chaîne en ma pensée ces rimes et ces pieds

ce vers vorace en moi qui voudrait vivre libre

un serpent sur ton sein de ton téton m'épier


Loin du désir on trouve un morceau de besoin

ta bouche est un poème écrit à l'encre rouge

et ce qu'en j'en récite est dit d'un si beau soin

qu'aucun peintre à présent ne voudrait que tu bouges


Alors hésite à prendre un grand virage en moi

tout commence à l'endroit d'où l'on veut qu'on finisse

ce qu'un génie mélange est la tare et le poids

sur la balance idiote aiguillée d'un pénis 

vendredi 2 septembre 2022

On c'est con



Penser à demain c'est oublier la tristesse

infinie qui pousse à s'offrir un festin nu

sur un visage appris dont les traits m'apparaissent


Et la façon d'observer une belle ingénue

dans un songe est un geste illustrant ma paresse

on puise ses pensées dans un fleuve inconnu


Mais qu'écrire à présent que le temps s'effiloche

une amour est ancrée sur un vieux porte-plume

où mon encre écroulée pèse autant que valoche

à mon âme attachée sous le poids d'une enclume


On se nourrit de mots comme on s'emplit d'espoirs

et pendant qu'on se rêve et que les glaciers fondent

on se rappelle entre le fromage et la poire

on n'est rien sans combats sans convictions profondes

mercredi 31 août 2022

Baisers volés



Que ne peut-on écrire en causant d'indécence

ou de ce pieux mensonge appelé Sentiment

l'Amour est une orientation privée de sens


Il arrive en chantant — surtout quand on se ment —

se parfume assez bien de bouquets plein d'essences

au prix d'un carburant qui fait mal au paiement


Parfois l'on pleure à ce premier signe alarmant

souvent on parle trop pour régler ce qu'on doit

qui n'est que de sarments dont on fait des serments

l'attirance est un jeu de paume avec les doigts


Nos imaginations sont comme un océan

détruisant l'avenir à partir du passé

se déjouant du rêve et de son subconscient

faisant laisse de mer à nos baisers volés

vendredi 26 août 2022

Jadis et la Guerre



Ce que l'Amour a construit résiste à la Guerre

à ces bombardements qui font le Monde affreux

sans tuer pour autant ce que nous étions naguère


Et dans ce fol enfer où le démon peureux

menace à coup d'atome un Occident précaire

il n'est plus que le rêve où se sentir heureux


Je repense au passé lorsque j'étais amant

la conjugaison du plaisir est imparfaite

on y perd le désir assez facilement

la tête aussi parfois se croyant à la fête


Aucun des souvenirs n'est l’époux du présent

tout brûle et nos amours aussi sont en papier

mais je me dis des mots que je sers en fraisant

si vivre est s'employer survivre est s'oublier

lundi 22 août 2022

L'attirance

Quand une femme est trop jolie

Tout se dilue dans sa beauté

Mais jamais rien ne nous relie

Sinon parfois que robe ôtée


Dans le désert de l’espérance

Où nul ne vit jamais le jour

On cherche assidûment le sens

Où jamais rime avec toujours


Un jeu de conquête amoureuse

Est l'illusion d'un labyrinthe

Et quand la fin n’est pas heureuse

Un taureau vient que l’on éreinte


On se mesure en des gradients

De densité pris n’importe où

L'attirance est un ingrédient

Dont on ignore à peu près tout

jeudi 18 août 2022

Mise en scène

Des vies rêvées j’en voulais deux j’en ai eu trois

victime appesantie d’un instinct qui nous guide

en plein cœur de la nuit plus qu’un isthme un détroit


Je me dilapide en pensées bien trop liquides

il pleut des souvenirs en mon sommeil étroit

passé décomposé que le présent liquide


Aimer c'est apprendre à ne plus se rappeler

de ce jardin d’éden dont on parfumait l’herbe

un Adam grabataire une pomme à peler

je conjugue un genre à l'étendue de mon verbe


Un désir est toujours en solde débiteur

et sa fabrique amère est une usine obscène

où l’on donne un bouquin dont nous sommes l’acteur

au cours de notre vie qui n’est que mise en scène

dimanche 14 août 2022

L'empreinte

La beauté ne se peint que sur un tableau vierge

une toile - où se pose une image ou un mot -

d’un blanc laiteux crémeux dont on faisait les cierges


Une étoile éclatant jetant de vieux émaux

sur le papier mâché des sentiments concierges

en noircissant la page blanche où va le Beau


J'aimerais vivre intensément le temps qui reste

en profitant vraiment des impressions qui naissent

à chaque souvenir et chaque espoir en reste

on paie longtemps le prix des erreurs de jeunesse


Écrire ou disparaître est un  choix décisif

à présent que le théâtre de Marivaux

rejoint sans hésiter le mythe de Sisyphe

on écrit pour laisser l'empreinte d'un cerveau